Conférence de Presse du groupe FNCVL : Le dérapage et le chantage aux subventions du vice-présent Roullet.

Conférence de Presse du 18 avril 2016, animée par Michel CHASSIER, Véronique PEAN et Charles de GEVIGNEY.

Retrouvez la conférence de presse commenté sur notre twitter @FN_CValdeLoire 

Le groupe FN au conseil régional Centre-Val de Loire tient à réagir très fermement aux déclarations du vice-président Dominique Roullet, qui engagent l’exécutif régional à moins d’être clairement désavoués.

Rappel des faits :

Dominique ROULLET, vice-président du conseil régional, demande à un établissement l’annulation d’une réservation pour une représentation privée du spectacle sur George Sand au motif de la venue de Marion Maréchal-Le Pen.

Il se livre à cette occasion à un véritable chantage aux subventions. Si l’on suivait une telle logique, Marion Maréchal-Le Pen ne pourrait pas non plus prendre le TER car il est également subventionné par la Région !

Cette démarche en dit long sur l’esprit dans lequel la Région peut accorder certaines subventions. Que faut-il penser alors des Rendez-Vous de l’Histoire à Blois qui accueillent chaque année des hommes politiques qui ne viennent pas non plus pour faire un « numéro de claquettes » et qui sont invités aux frais des organisateurs avec de l’argent public.

Au contraire, cette réservation privée relève uniquement du droit commercial et la prestation est payée entièrement par la fédération Front National de l’Indre, qui a réservé cette soirée.

Deuxième point que nous ne pouvons en aucun cas laisser passer, ce ont les propos diffamatoires tenus par le Vice-Président, qui traite le Front National de « parti fasciste ».

Ce qui constitue une insulte non seulement pour les élus que nous sommes, mais aussi pour les 308 432 électeurs du Front National en Région Centre-Val de Loire.

Notre réaction :

Michel CHASSIER, Président du Groupe FN au conseil régional a écrit au Président BONNEAU pour demander des excuses publiques suite aux propos de Dominique Roullet.

Nous espérons une réponse rapide.

Le groupe FN déposera une question écrite sur le sujet lors de la prochaine commission permanente du 22 avril pour dénoncer la discrimination et la diffamation dont nous sommes l’objet et rappeler les règles qui s’appliquent en matière de subventions.

Cette attaque maladroite risque bien de se retourner contre ses auteurs, car elle va nous inciter à être encore plus attentifs sur l’utilisation des deniers publics et à étudier de près les réseaux qui peuvent exister entre les représentants de l’exécutif et certains bénéficiaires de subventions.

Le service juridique du Front National a été saisi et envisage une action en justice à laquelle les élus de notre groupe pourraient se joindre, de même que les électeurs qui le souhaiteraient.

Nous n’avons pas l’intention de nous laisser faire et nous voulons faire comprendre à l’exécutif que ce genre de dérapage ne sera jamais toléré. Plus jamais ça !

Publicités