La ruralité, un enjeu régional défendu par Philippe Loiseau.

COIK_H9WsAQBLXX (1)

Mémorandum du Groupe Front National en Région Centre-Val de Loire.

Philippe Loiseau a eu l’occasion de s’exprimer au cours d’une table ronde (*) lors des UDTFN à Marseille : il a ainsi décliné des « propositions crédibles en matière d’agriculture et de ruralité », allègrement reprises par nos adversaires, qui promettent eux, « la défense d’une agriculture traditionnelle » mais « couplée à un monde sans frontières », celui de la technocratie Bruxelloise. 

C’est l’occasion de faire le point sur les axes de travail défendus par notre député au Parlement européen et par nos élus régionaux au cours de leur mandat respectif.

Le désenclavement rural malmené par les réformes territoriales. 

En région Centre-Val de Loire, le désenclavement économique des territoires ruraux est l’une des priorités à mettre en oeuvre « pour inciter nos habitants à s’y installer et à y rester »… mais ceci dépend complètement de Bruxelles, qui a désormais la main-mise sur les régions pour décliner les politiques territoriales avec les FEDER (« Fonds Européens de Développement Economique Régional ») et les FEADER (« Fonds Européen Agricole… ») : « cela va créer de nombreuses disparités » en Europe affirme Philippe Loiseau, tête de liste aux élections dans cette région. En France, les agglomérations importantes voudront réclamer une grosse part du gâteau des aides économiques et la loi NOTRe va à terme, leur donner des moyens accrus, comme c’est déjà le cas pour les métropoles dans les régions plus peuplées. De plus, Matthieu Colombier, conseiller régional de l’Indre, regrette la faible part dédiées aux PME-PMI : seulement 3 millions d’euros pour 4,5% du budget de la Région en 2014. 

Défendre une agriculture locale et Française, actuellement menottée par Bruxelles.

Le dossier brûlant de l’agriculture n’est pas en reste et il faudra favoriser nos productions locales dans ce domaine, plutôt que de distribuer des subventions de coopération décentralisée à l’international, à plus forte raison lorsqu’elles servent à concurrencer nos agriculteurs : d’ailleurs, le groupe UMP-UDI en région Centre n’ose jamais voter contre. L’UE n’était dernièrement pas en reste, allant même aussi jusqu’à financer l’agriculture turque, extra-communautaire. Le Centre-Val de Loire, 1ère région agricole Française avec 2,4 millions d’hectares de surfaces utilisées a dernièrement vu son nombre d’exploitants chuter d’un quart en 4 ans, marquant un déclin des petits producteurs. Philippe Loiseau défend également nos traditions comme la chasse ou la pêche ainsi qu’une écologie patriote. Ainsi en matière d’environnement, Gilles Godefroy, élu régional d’Indre-et-Loire, s’oppose systématiquement à toute écologie punitive, défendue sans cesse par EELV, qui va à contre-courant du développement économique en désignant l’accusé tout trouvé : l’automobiliste.    

20150905_115650Transport de voyageurs : favoriser les liaisons de proximité, essentielles pour le maillage rural. 

Nous en venons à « la question des transports, qui est aussi capitale pour certains territoires » : le Front National milite pour favoriser les investissements de proximité et le maintien des réseaux ferroviaires existants, au détriment des grands projets, parfois utopiques, qui ne ferait qu’aggraver encore l’isolement et le déclin des territoires ruraux et des villes moyennes. La probabilité que la LGV POCL (Paris-Orléans-Clermont-Lyon) ne desserve pas Orléans et Bourges en est une triste réalité. L’ouverture à la concurrence par la loi Macron du transport de voyageurs par autocar en est une autre, hors celle-ci va sévèrement concurrencer la SNCF sur les lignes nationales – et donc l’obliger à réduire la voilure sur les trajets à faible retour sur investissement, dits « d’intérêt local », insiste régulièrement Michel Chassier, conseiller régional de Loir-et-Cher, lors des commissions permanentes. 

Le numérique, grand absent de nos campagnes. 

Enfin, la fracture numérique est aussi un frein à l’installation des ménages et des entreprises : le développement du très haut débit, ralenti par les tergiversations politiques à l’échelle départementale tous tenus fraîchement par la fausse droite, rechignant à investir et demandant à la Région de le faire seule à leur place. En effet, il s’agit de l’une des trop nombreuses compétences partagées du mille-feuille territorial que la fin de la clause de compétence générale pour ces deux échelons n’a pas résolu. A l’instar des transports, il ne faut pas compter sur les opérateurs privés pour s’en charger, préférant fructifier leurs bénéfices sur les zones à forte densité urbaine, beaucoup plus rentables. 

Aujourd’hui, telles sont les difficiles réalités en matière d’aménagement du territoire en milieu rural. Les fossoyeurs régionaux au service de Bruxelles, que sont Philippe Vigier, Guillaume Peltier et François Bonneau ne sont là que pour appliquer les mêmes politiques siamoises : celle du détricotage de la nation et de l’ultra-soumission régionale aux instances européennes, bien qu’ils préfèrent s’en cacherSeuls, vos élus du Front National oeuvre au service de la France et de la ruralité qui fait sa force. 

(*) table ronde très suivie par une assistance comprenant de nombreux agriculteurs, qui ont posé beaucoup de questions. Marine Le Pen avait tenu à assister à cette table ronde, marquant ainsi son intérêt pour la ruralité. Elle est intervenue brièvement, démontrant aussi sa parfaite maîtrise de la question.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s