Philippe Loiseau toujours en première ligne pour défendre les agriculteurs.

A la Région comme à Bruxelles, Philippe Loiseau a toujours défendu les agriculteurs alors que Maurice Leroy et Philippe Vigier se moquent des éleveurs. 


« Si nous voulons sortir durablement de cette crise de l’élevage, il est indispensable que nous travaillions tous la main dans la main pour dégager de véritables solutions fiables et consensuelles.  » C’est ce que déclarent Maurice Leroy et Philippe Vigier dans un communiqué publié aujourd’hui par la Nouvelle République, qui semble par contre ignorer les communiqués de Philippe Loiseau, député de notre circonscription au Parlement européen et membre de la commission de l’agriculture et du développement rural sur le même sujet.
Il est vrai que le communiqué des deux députés UDI présente l’avantage de ne pas désigner les responsables et de ne proposer aucune solution !

Rappelons toutefois que ces deux parlementaires euromaniaques ont approuvé tous les traités qui ont permis à l’Union européenne d’imposer une politique agricole néfaste et contraire aux intérêts français. C’est grâce à ces mécanismes pervers par exemple que l’Allemagne peut concurrencer nos propres éleveurs y compris sur le marché  Français, en utilisant de la main d’oeuvre détachée des pays d’Europe centrale payée 4 euros de l’heure, en toute l’égalité !
Que penser également de l’accord entre l’Europe et l’Ukraine qui permet à ce pays d’exporter ses produits dans l’espace européen sans payer le moindre droit ? Avec une monnaie qui s’est effondrée, des salaires encore plus bas qu’en Roumanie et des normes beaucoup moins contraignantes, cela représente pour nos agriculteurs une concurrence particulièrement déloyale.
Or MM. Leroy et Vigier sont complices de cette politique. Dès lors comment peuvent-ils prétendre défendre nos éleveurs ?
Manuel Valls n’est pas plus crédible quand il dit comprendre qu’il faut « consommer d’abord en France des produits français. »
Son engagement pro-européen forcené contredit totalement cette affirmation de circonstance destinée à calmer la colère des éleveurs.
Mais nous constatons sur le terrain que ces derniers ne sont pas dupes, et qu’ils appliquent eux-mêmes le contrôle aux frontières et les contrôles sur le terrain pour vérifier la provenance de la viande. Le Front National ne demande pas autre chose : oui aux échanges, mais dans le cadre d’une concurrence loyale, et en privilégiant les producteurs français sur notre territoire.
Nous approuvons par ailleurs le développement des circuits courts qui permettent une meilleure valorisation des produits, nos élus au Conseil régional ont toujours soutenu les actions et les aides destinées à les favoriser.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s